Cabotins



Ouverture du
festival :


 Jeudi
23 septembre

19 h
             

¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Nos généreux commanditaires



























¯¯¯¯¯¯¯¯¯



Nos partenaires











-
Cabotins

Vendredi 24 septembre à 19 h



Comédie dramatique

1 heure 40 minutes



En 1985, un ex-producteur de variétés se retrouve pratiquement ruiné à la suite de mauvaises transactions financières. Il fait alors appel à ses anciens comparses afin de relancer son théâtre de variétés.

Oscillant entre drame et comédie, ce film rend implicitement hommage aux artistes du burlesque. Quelques brefs écarts de langage se mêlent aux bouffonneries propres à ce genre d'humour.

Réalisé par
Alain DesRochers
Écrit par
Ian Lauzon
Compagnie
Films Séville
En vedette
Rémy Girard, Yves Jacques, Dorothée Berryman, Gille Renaud, Pierre-François Legendre, Gaston Lepage, Marie-Ève Milot, Louis Morissette, Guy Nadon, Sophie Faucher




  Visiter le site Internet officiel du film


Alain DesRochers met en scène de façon dégagée un hommage amusé et sincère aux artistes de variétés. Avec en son coeur un conflit père-fils assez bien articulé, le scénario s'avère classique mais efficacement construit. Hormis deux ou trois gags d'un goût douteux, l'humour de bonne tenue ménage quelques passages désopilants. Il y a du reste un bel équilibre entre légèreté et gravité tout au long du film.

Mais surtout, l'interprétation est savoureuse et bien sentie. Dans un rôle similaire à celui qu'il tenait dans la minisérie
Cher Olivier (déjà un coup de chapeau aux artisans de l'âge d'or du burlesque), Rémy Girard passe sans coup férir de la loufoquerie à la colère, avec toujours le même aplomb. Gilles Renaud est irrésistible de bonhomie grivoise et Dorothée Berryman n'a jamais été aussi drôle. Mais Yves Jacques leur vole tous la vedette avec sa composition à la fois hilarante et touchante calquée sur Gilda.
Louis-Paul Rioux, Médiafilm


En voulant rendre hommage à la tradition burlesque, Alain DesRochers et Ian Lauzon s'engageaient sur une pente des plus glissantes. En effet, avec leurs personnages au langage vert et à l'humour vulgaire, il aurait été très facile pour eux de sombrer dans la plate caricature ou, pis encore, d'illustrer avec mépris un milieu regardé de haut par l'élite.

Or, il n'en est rien. Au-delà des fous rires que provoque chaque personnage à sa première apparition [...]
se devinent la tendresse et le respect que porte le tandem DesRochers-Lauzon aux artistes ayant marqué leur jeunesse. Qui plus est, chaque acteur, dont l'inoubliable trio du Déclin de l'empire américain, joue sa partition avec un bonheur contagieux et une sincérité palpable.

Revenant à un ton nostalgique et intimiste rappelant
La Bouteille, DesRochers brouille avec habileté les frontières entre les moments réels et les passages sur scène, tandis que Lauzon confirme une fois de plus sa maîtrise du dialogue en alliant avec brio des répliques qui font mouche et d'autres à tirer les larmes. À quand une prochaine collaboration?
Manon Dumais, Voir






-